Blackbird / Jason Buxton, réal.

Document vidéo

Buxton, Jason. Metteur en scène ou réalisateur. Scénariste

Edité par Zed Production - 2013

Sean, adolescent tourmenté, est rejeté par les élèves du collège de sa petite ville canadienne. Isolé et mal dans sa peau, il se sert d'Internet comme exutoire et imagine des scénarios de vengeance virtuels. Alertée, la police fait irruption dans la maison où elle trouve les armes de chasse de son père. Accusé de planifier un crime, Sean va devoir faire face à l'hostilité de la communauté et affronter une machine judiciaire obsédée par le principe de précaution.

Genre

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Blackbird | Buxton, Jason (Réalisateur)

Blackbird

Document vidéo | Buxton, Jason (Réalisateur) | 2013

Sean, adolescent tourmenté, est rejeté par les élèves du collège de sa petite ville canadienne. Isolé et mal dans sa peau, il se sert d’Internet comme exutoire et imagine des scénarios de vengeance virtuels. Alertée, la police fai...

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Coupable sans crime 5/5

    Look gothique, mal dans sa peau, Sean (joué magnifiquement par Connor Jessup) vit seul avec son père dans une petite ville du Canada, une mère partie vers d’autres horizons qui visiblement ne se soucie pas de lui, et, molesté régulièrement par l’équipe de Hockey. L’autre, Richard, est bien entouré : famille aimante, cultivée, tolérantes, et respecté de ses petits camarades. Pour Sean, l’écriture lui sert d’exutoire à son sentiment de vengeance. Il fantasme sur le massacre des élèves de son collège. Premier problème : il écrit sur un blog, deuxième problème : les massacres de Colombine, Virgina Tech ou Sandy Hook… (La liste est longue) sont présents dans la mémoire collective. Il sera donc « puni préventivement » et sera emprisonné avec de « réels » délinquants qui ne l’apprécieront pas plus que les élèves de son collège. Pourtant, Sean n’a finalement rien fait et ne passera jamais à l’acte, c’est ce sentiment d’injustice qui nous taraude tout le long du film, le réalisateur pose la question du principe de précaution : A partir de quel moment devenons-nous coupable ?

    par Véronique LANGLOIS Le 22 juillet 2020 à 19:23